Les grands personnages : Pierre Valdès (~1140-~1217)

Riche marchand bourgeois de Lyon, Pierre Valdès ou Valdo se convertit vers 1175 et connaît la double vocation de pauvreté et de prédication. Il quitte son métier, sa famille, sa cité, fait traduire la Bible en langue vulgaire et en fait établir des copies. Il prêche l'Évangile et groupe à ses côté un certain nombre de partisans pour mener avec eux la vie communautaire des premiers chrétiens.

 

Pierre Valdès (Valdo)
Pierre Valdès (Valdo)

Un véritable pré-réformateur - les Vaudois

L'enseignement des "Vaudois" a été indûment associé à celui des cathares. Leur discours simple, fondé sur la Bible, s'avéra être plus populaire que l'enseignement ardu des cathares. Ils s'opposaient à la distinction entre les laïcs et les prêtres, à la confession et au culte des saints. Méprisés par les uns comme des sortes de fous, injuriés comme prêchant l'Evangile sans ordre, les Vaudois sont condamnés par l'archevêque de Lyon, plus tard au concile de Latran (1179), puis excommuniés au concile de Vérone en 1184.

Ils progressent quand même et se dispersent dans les régions les plus diverses : Dauphiné, Languedoc, Provence, Italie du Nord, Lorraine, Allemagne et jusqu'en Bohême, où meurt Valdès. L'oeuvre de Valdo se poursuit malgré de nombreuses persécutions. Les vaudois se répandent partout en Europe. Un de leur groupes s'implante dans une région retirée des Alpes, à la frontière actuelle de la France et de l'Italie, et y exerce une forte influence, à telle enseigne que ces régions sont aujourd'hui encore appelées les vallées «vaudoises» du Piémont.

 

L'inévitable persécution - la funeste inquisition

Après la défaite des albigeois, les vaudois furent les victimes de l'Inquisition en France. En 1487, le pape Innocent VIII lança contre eux une croisade en Dauphiné et en Savoie. Bon nombre d'entre eux se réfugièrent en Suisse et en Allemagne, puis se mêlèrent progressivement aux "Frères de bohêmes". Au XVIe siècle, à la suite d'entretiens avec Farel, Oecolampade et Bucer, les Vaudois se rallièrent à la Réforme en 1532. C'est pourquoi, de nos jours, les Églises vaudoises du Piémont, en Italie, sont des églises de type réformé.

 

L'héritage largement partagé

En 1535, les Vaudois financèrent la publication, en Suisse, de la première version protestante de la Bible en langue française, préparée par Pierre Robert Olivétan, un théologien calviniste français. Les vaudois furent à nouveau persécutés au cours du XVIIe siècle et ils ne purent jouir pleinement de leur liberté civile et religieuse avant 1848, sous le règne de Charles-Albert, roi de Sardaigne. En 1855, ils fondèrent une école de théologie à Torre Pellice, dans la province de Turin, où ils établirent leurs quartiers généraux. Cette école fut transférée à Florence en 1860 puis à Rome en 1922.

Les vaudois comptent aujourd'hui 29 000 membres en Italie, regroupés en 120 églises environ et 14 000 membres en Amérique du Sud, organisés en églises implantées en Argentine et en Uruguay. Il existe aussi plusieurs congrégations vaudoises aux États-Unis.

 

 

Phil
Plus d'info
Les derniers articles par Phil (tout voir)
Partager...