Demeurez en Christ, Aujourd’hui ! Andrew Murray

Nous vous présentons ici le magnifique ouvrage de cet auteur exercé dans la foi chrétienne et qui demeure, plus d'un siècle après sa mort, une référence pour de nombreux chrétiens. Conformément au plan de son œuvre, nous vous présentons chaque jour un chapitre rédigé par A. Murray.

 

 

Andrew MURRAY
Andrew MURRAY
1828-1917

24è JOUR : Demeurez en Christ en obéissant à ses commandements.

" Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour ; de même que j'ai gardé les commandements de mon Père et que je demeure dans son amour. " (Jean XV : 10)

Ces paroles nous montrent la place que doivent occuper les œuvres dans la vie du croyant. Christ, comme Fils bien-aimé, était dans l'amour du Père; il y demeura en gardant ses commandements. De même, le croyant admis par grâce, sans œuvres, dans l'amour de Christ, y demeurera s'il garde ses commandements. Quand nous cherchons à venir à Jésus par nos œuvres, l'Esprit nous répète sans cesse : Ce n'est point par les œuvres; mais une fois à lui, de peur que la chair n'abuse de cette parole, il nous dit aussi clairement : " Vous êtes créés en Jésus-Christ pour de bonnes œuvres. " (Eph. II : 9, 10). Les œuvres peuvent être le plus grand obstacle qui retienne le pécheur loin de son Sauveur, tandis qu'elles sont une source de forces et de bénédictions pour le croyant, car par elles " la foi est rendue parfaite " (Jacq. II : 22) ; l'union avec Christ est cimentée, l'âme est enracinée dans son amour. " Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole, et mon Père l'aimera. "" Si vous gardez mes commandements, vous demeurez dans mon amour. "

La relation entre l'observation des commandements de Christ et la communion dans son amour, est facile à saisir. Notre union avec Jésus-Christ n'est pas une affaire d'intelligence ou de sentiment, mais une union vitale avec sa personne sainte. La vocation du chrétien est de penser, de sentir, de vouloir exactement ce que Jésus a pensé, senti et voulu. Il désire participer non seulement à la grâce, mais aussi à la sainteté de son Sauveur ; ou plutôt, il voit que la, sainteté est ce qu'il y a de plus beau dans la grâce ; vivre de la vie de Christ, vouloir ce qu'il veut, c'est l'affranchissement de l'esclavage de notre volonté corrompue, c'est le chemin de la vraie liberté.

Le tiède ou l'ignorant font une grande distinction entre les promesses et les commandements de l'Ecriture. Ils ne trouvent de consolation et de nourriture que dans les premières; mais celui qui cherche à demeurer dans l'amour de Christ, discerne l'amour divin dans les commandements aussi bien que dans les promesses ; car ils conduisent à une participation toujours plus grande de la vie divine, à une union toujours plus intime avec le Seigneur. L'harmonie entre notre volonté et la sienne est un des principaux éléments de notre communion avec lui. Comment pourrait-il y avoir communion sans un accord parfait avec sa volonté ? Car la volonté est la faculté centrale chez l'Etre divin comme chez l'être humain. Tant que le salut n'est pour le pécheur qu'une sécurité personnelle, il reste indifférent ou hostile à la volonté de Dieu ; mais aussitôt qu'il comprend, par les Ecritures et par l'enseignement de l'Esprit, ce qu'est le salut, c'est-à-dire le retour à la communion et à la conformité, avec Jésus, il trouve naturelle, belle même, cette loi qui fait de l'observation des commandements le moyen de demeurer dans son amour (Jean XIV : 15, 16, 21, 23) : son être intérieur se réjouit de ce que Jésus en a fait la condition d'une plus abondante communication de l'Esprit.

Du reste, Christ lui-même n'est demeuré dans l'amour du Père que par cette loi. L'obéissance a été une solennelle réalité pour lui durant sa vie terrestre. La puissance redoutable qui a poussé l'homme à la révolte contre son Dieu, s'est aussi attaquée à lui et l'a tenté. Pour Jésus homme, les séductions dont le tentateur usa, ne pouvaient le laisser indifférent. Il ne put résister que par le jeûne et la prière. " Il a souffert, étant tenté. " Le sacrifice de sa volonté a été pour lui aussi un renoncement continuel. S'il est demeuré dans l'amour du Père, c'est qu'il a fait de l'obéissance à son commandement le but de sa vie. " Je ne fais rien de moi-même, dit-il, mais je parle selon ce que le Père m'a enseigné. Celui qui m'a envoyé est avec moi, il ne m'a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable. " (Jean 8 : 28) Il nous a ainsi ouvert la voie d'une vie sur la terre passée dans l'amour du ciel ; et quand son Esprit pénètre en nous comme la sève du cep dans le sarment, cette obéissance aux commandements devient un des éléments les plus sûrs et les plus élevés de la vie qu'il nous communique.

Si vous désirez demeurer en Jésus, observez ses commandements. Ne vous contentez pas de les posséder dans la Bible qu'ils soient gravés par la méditation et la prière, par l'enseignement de l'Esprit et une obéissance pleine d'amour, sur les tables de vos cœurs. N'en négligez aucun. Nous qui jouissons des privilèges de la nouvelle alliance, voudrions-nous rester en arrière des saints de l'ancienne alliance qui disaient avec tant de ferveur " Les ordonnances de l'Eternel réjouissent le cœur; ses jugements sont tous justes. " Nous sommes encore loin de comprendre toute la volonté du Seigneur. Nous avons besoin de demander constamment pour nous et pour tous les croyants, ce que Paul demandait pour les Colossiens : " Qu'ils soient remplis de la connaissance de sa volonté en toute sagesse et intelligence spirituelle, " et ce qu'Epaphras désirait pour ces mêmes chrétiens " Qu'étant parfaits et pleinement persuadés, ils persistent dans une entière soumission à la volonté de Dieu. " Il n'y a pas de progrès spirituel possible sans progrès constant dans la connaissance de la volonté de Dieu à notre égard. L'entière consécration, loin d'être le couronnement d'une vie sainte, n'en est que le point de départ. Paul, après avoir convié les chrétiens à s'offrir eux-mêmes en en sacrifice vivant et saint à Dieu (Rom. XII. 1) ajoute aussitôt, indiquant ce qu'est une vie vraiment consacrée à Dieu : " Soyez transformé par le renouvellement de l'intelligence, afin d'éprouver que la volonté de Dieu est bonne, agréable et parfaite. " Le renouvellement graduel qu'opère le Saint-Esprit, développe une perception spirituelle, un saint instinct par lequel l'âme, " prompte à comprendre dans la crainte du Seigneur, " sait découvrir la valeur des commandements de Dieu et leur application dans la vie journalière, d'une manière qui reste cachée au chrétien ordinaire.

Gardons ces commandements dans l'obéissance. N'avons-nous pas fait vœu de rejeter tout péché ? " Je jure et je le tiendrai, d'observer les lois de ta justice. " (Ps. 119 : 106). Luttons donc dans la prière pour devenir parfaits dans toute la volonté de Dieu, demandant ardemment que tout péché secret, tout ce qui en nous n'est pas en harmonie avec sa volonté, nous soit révélé. Marchons fidèlement, humblement, selon la lumière que nous avons, résolus à obéir à toutes les ordonnances du Seigneur. Quand Israël fit un vœu d'obéissance au désert (Ex. XIX : 8; XXIV : 7), ce ne fut que pour le violer aussitôt ; mais la nouvelle alliance donne le vouloir et le faire, le voeu et la force de l'accomplir (Jér. XXXI). Tenons-nous en garde contre toute désobéissance, même dans les petites choses. La désobéissance énerve la conscience, obscurcit l'âme, tue les forces spirituelles. Si parfois ces commandements nous semblent pénibles, rappelons-nous qu'ils procèdent de Celui qui nous aime. Ils sont amour et nous parlent de son amour. Chaque acte nouveau d'obéissance, chaque sacrifice accompli pour garder ses commandements, resserre notre union avec la personne du Sauveur, nous fait pénétrer plus avant dans son amour, et nous rend plus conformes à sa vie sainte, en sorte que cette parole nous devient toujours plus précieuse : " Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, de même que j'ai gardé les commandements de mon Père et que je demeure dans son amour. " (Jean 15 : 19).

 

 

Rendez-vous demain pour le chapitre suivant...

 


Le Propos de l'Auteur

"Demeurez en Moi !"

C'est dans le désir d'aider ceux qui n'ont pas encore compris ce que le Sauveur a voulu dire par ce commandement, ou qui n'osent pas croire que cette vie leur soit accessible, que ces méditations sont publiées. L'enfant apprend sa leçon par de fréquentes répétitions. En fixant son attention tour à tour sur chacune des faces de la foi, le croyant est amené à se les approprier toutes. Nous avons l'espoir qu'il sera utile à plusieurs de méditer avec nous, jour après jour, pendant un mois, à la lumière de la parabole du cep et des sarments, ces mots précieux : Demeurez en moi ».

L'expérience de cette communion avec Christ nous apparaîtra comme indispensable à toute vie vraiment chrétienne : nous découvrirons les bénédictions immenses qui en découlent. Méditons avec prière et acceptons dans la foi Jésus tout entier, tel qu'il s'offre à nous, et le Saint-Esprit rendra cette parole esprit et vie ; elle deviendra pour nous puissance de Dieu à salut.

Andrew Murray

 

Lire en ligne ou télécharger l'ouvrage intégral

Découvrir

 

 

Publication quotidienne réalisée à partir de l'ouvrage numérisé par Yves PETRAKIAN en 2011
(http://456-bible.123-bible.com)

 

 

 

Phil
Plus d'info

Phil

Animateur du portail RCG, à votre service...
Phil
Plus d'info

Les derniers articles par Phil (tout voir)

Partager cet article