Jésus est-il un personnage historique ?

Certains savants, voire même théologiens modernes prétendent que Jésus n'a jamais existé. Les uns par conviction, les autres par volonté de sape de la foi chrétienne. S'agirait-il alors d'un mythe, d'une légende destinée aux esprits simples ? La question est importante car elle conditionne la foi de millions de personnes, qu'en est-il... ?

 

Eléments de réponse

Jésus personnage historique

Non ! Les preuves historiques de l'existence de Jésus sont irréfutables, plus certaines et crédibles que celles évoquées pour affirmer l'existence de nombre de personnages plus récents que Jésus lui-même.

Au-delà des sources bibliques, tels les évangiles, écrits par quatre auteurs différents dont deux au moins sont des témoins oculaires de la vie de Jésus ( Matthieu et Jean), nous pouvons citer plusieurs auteurs.

 

Tacite

Dans son ouvrage intitulé "Les annales", cet historien romain relate l'incendie de Rome survenu en 64 après Jésus-Christ. L'empereur Néron accusa les chrétiens d'alors d'en être les auteurs et ordonna une intense persécution à leur encontre. Dans ce même ouvrage, Tacite parle du Christ en ces termes :
"ce nom leur vient de "Christus", (Christ en latin) qui, sous le règne de Tibère, fut condamné au supplice par le procurateur Ponce Pilate".

 

Pline le Jeune

Cet écrivain, gouverneur en 112 après Jésus-Christ d'une des provinces de l'Asie mineure demande conseil à l'empereur Trajan pour la conduite à tenir à l'égard des chrétiens :
" Ils se réunissent à jour fixe, avant le lever du soleil, pour chanter un hymne à Christus comme à un dieu".

 

Suétone

Ce célèbre historien de l'empire romain, auteur en 120 après Jésus-Christ de "La vie des Césars", décrit comment "l'empereur Claude chassa de Rome les Juifs qui ne cessaient de s'agiter à l'instigation de Christus".

 

Flavius Josèphe

Cet historien célèbre, ami de l'empereur Vespasien était un ancien gouverneur militaire de la Galilée en 66 après Jésus-Christ, lors de la révolte des juifs contre les romains. Retiré à Rome, il écrit :
"En ce temps-là, parut Jésus qui était un homme sage, si toutefois on doit encore le considérer comme un homme, toute ses oeuvres étaient admirables. Il enseignait ceux qui prenaient plaisir à être instruits dans la vérité. Il fut suivi non seulement de plusieurs juifs, mais aussi de plusieurs gentils (non-juifs) : c'était le Messie.
Des principaux de notre nation l'ayant accusé devant Pilate, il le fit crucifier. Ceux qui l'avaient aimé durant leur vie, ne l'abandonnèrent pas après sa mort. Il leur apparu vivant et ressuscité le troisième jour, comme les saints prophètes l'avaient prédit... C'est de lui que les chrétiens que nous voyons encore, ont tiré leur nom".

 

Conclusion

Au-delà de la conviction qu'apporte la foi intime au croyant (*), l'historicité de Jésus est attestée par des témoins, auteurs et historiens, du tout début de notre ère. Puisque donc son existence est acquise, n'importe-t-il pas de considérer sérieusement sa vie, son œuvre et son message ?

 

(*)Or la foi est une ferme assurance des choses qu'on espère, une démonstration de celles qu'on ne voit pas. Pour l'avoir possédée, les anciens ont obtenu un témoignage favorable.  Hébreux 11:1,2

 

Phil
Plus d'info

Phil

Animateur du portail RCG, à votre service...
Phil
Plus d'info

Les derniers articles par Phil (tout voir)

Partager cet article