Médisance et discorde : comment agir ? par John Wesley

Si la division constitue l'une des armes favorites du diable dans sa lutte sans merci avec l'Eglise de Christ, les croyants, soldats de la foi, doivent disposer des armes nécessaires pour mener le combat et vaincre la grand diviseur. Voici ce que John Wesley, le conducteur de la révolution spirituelle méthodiste dans l'Angleterre du 18è siècle préconisait ; ces principes élémentaires sont plus que jamais d'actualité...

 

Combattre la médisance et la discorde

John Wesley

Le lecteur se rapportera utilement aux proverbes bibliques traitant de ce sujet, ou encore à ce que dit Jacques, dans son épître, relativement à la maîtrise de la langue.

John Wesley, père du réveil méthodiste en Angleterre, était particulièrement conscient des ravages de l'ennemi de nos âmes grâce à cette arme à double tranchant que sont la médisance et son pendant : la discorde.

Aussi forgea-t-il une arme spirituelle pour contrer ces assauts. Il s'agit de règles de bon sens et de bonnes mœurs, permettant de "tuer dans l’œuf" toute rumeur ou calomnie.

Les voici.

 

Combattre la médisance et la discorde

1.) Nous n'écouterons pas de propos négatifs au sujet d'un frère, et ne chercherons pas volontairement à entendre de tels propos.

2.) S'il nous arrive d'entendre dire du mal d'un frère, nous ne serons pas prompts à le croire.

3.) Dès que possible, nous ferons connaître ce que nous avons entendu, en parlant à la personne concernée, ou en lui écrivant.

4.) Tant que nous n'aurons pas fait cela, nous ne communiquerons pas un iota de ces propos à qui que ce soit d'autre.

5.) Et lorsque nous l'aurons fait, nous n'en dirons pas un seul mot à qui que ce soit.

6.) A ces règles, il ne sera pas fait d'exception à moins que notre conscience ne nous y oblige absolument pour une question de vie ou de mort.

 

Interprétation pratique pour l’Église moderne

Si tous les chrétiens se conformaient à ces 6 principes, en allant trouver immédiatement la personne concernée par les médisances entendues, l'assemblée en tirerait un double avantage.
En premier lieu, la véracité des propos entendus serait immédiatement confirmée ou infirmée. En second lieu, si les propos entendus étaient infirmés, le rapporteur ne s'y reprendrait pas à deux fois.

 

Interprétation pour une application personnelle et actuelle

Tout mal que j'entendrai dire au sujet d'un membre de la communauté, j'en ferai immédiatement part à la personne concernée, afin de n'être pas séparé d'elle par un secret pesant, et afin de dissiper toute obscurité.

Mon propos sera de ne prendre aucune part à la médisance ou aux murmures destructeurs de l'unité que nous donne l'Esprit, et d'être rigoureusement honnête envers tous les autres membres du corps de Christ.

 

 

Que Dieu nous aide à penser et à dire du bien les uns des autres, à prier les uns pour les autres et à laisser tous les péchés de la langue à "l'accusateur des frères," Satan en personne.

 

Commentaire

La sagesse de John Wesley se manifeste ici dans la beauté de son inspiration. A la vue de ces règles, il n'est pas étonnant que le réveil méthodiste ait duré plus longtemps que tout autre réveil opéré par le Saint-Esprit dans l'histoire de l’Église. Avec cet arsenal défensif, l'harmonie de l'Esprit était bien gardée.

Nous pouvons et nous devons même nous réapproprier ces règles pour notre temps. Il en va de l'intérêt de notre église et de la santé spirituelle de chacun.

Phil
Plus d'info

Phil

Animateur du portail RCG, à votre service...
Phil
Plus d'info

Les derniers articles par Phil (tout voir)

Partager cet article