Les grands personnages : John Wyclif (~1328-1384)

Né d'une famille de petite noblesse à Hipswell, dans le Yorkshire, John Wyclif (connu aussi sous le nom de Wycliffe ou Wicklife), étudie puis enseigne à l'université d'Oxford. Maître en 1358, maître ès arts en 1361, docteur en 1372, ce brillant oxonien reçoit une solide formation scientifique et philosophique avant de s'engager dans une réflexion théologique novatrice.

 

L'étoile du matin de la Réforme

John Wyclif
John Wyclif

Surnommé «l'étoile du matin de la Réforme», il enseigne la théologie à Oxford pendant presque toute sa carrière, tout en étant prêtre successivement dans plusieurs paroisses.

Wyclif devient un personnage influent dès lors qu'il participe à partir de 1374 à une querelle prolongée entre le roi d'Angleterre ÉdouardIII et la papauté au sujet d'un tribut papal. Le roi et le Parlement se prononçaient contre le paiement des impôts exigés par le pape. Wyclif écrit plusieurs pamphlets récusant les arguments du pape, en prenant appui sur le droit du Parlement de limiter le pouvoir de l'Église.

Le roi le nomme membre d'une commission chargée de mener des pourparlers en 1375, à Bruges, avec les représentants du pape au sujet des litiges entre la Couronne et la papauté. La conférence échoue, mais Wyclif gagne le soutien de Jean de Gand, quatrième fils du roi Édouard et chef d'une faction antipapale au Parlement.

Wyclif prend résolument parti pour le réalisme contre le nominalisme dans un débat qui reste vif à son époque. Il milite pour un retour à la Bible et à l'augustinisme et publie De domino divino (1375), De officio regis, De veritate scripturae (1378), De potestate papae (1379).

En 1376, Wycliffe expose la doctrine de l'«autorité fondée sur la grâce», selon laquelle toute autorité est accordée directement par la grâce de Dieu et perd par conséquent sa valeur lorsque son détenteur est coupable de péché mortel. Pour lui, la véritable Église est l'Église invisible des chrétiens en état de grâce : Wyclif met en cause le principe de l'autorité de la hiérarchie dans l'Église et préconise la désignation du pape par tirage au sort. Il dénie aux prêtres en état de péché mortel la possibilité de remettre les fautes. Wyclif laisse clairement entendre que l'Église d'Angleterre est pécheresse et coupable de corruption.

Le 19 février 1377, il est convoqué par l'évêque de Londres, William Courtenay, pour présenter sa doctrine. L'interrogatoire se termine lorsque Jean de Gand, qui avait accompagné Wyclif, se trouve mêlé à une bousculade avec l'évêque et son entourage. Le 22mai 1377, le pape GrégoireXI publie plusieurs bulles accusant Wycliffe d'hérésie. À l'automne de la même année, le Parlement lui demande son avis sur le caractère légal de l'interdiction faite à l'Église d'Angleterre de transférer ses biens à l'étranger sur l'ordre du pape. Wycliffe confirme la légalité d'une telle interdiction, et au début de 1378 il est de nouveau convoqué par l'évêque Courtenay et par l'archevêque de Canterbury, Simon of Sudbury. Wycliffe reçoit un simple blâme grâce à ses rapports privilégiés avec la cour.

 

La Bible en anglais courant

Pendant l'année 1378, Wycliffe et ses amis d'Oxford entreprennent la traduction en anglais de la Vulgate, défiant par là l'esprit traditionaliste de l'Église. En 1388, elle devient ainsi accessible à un plus grand nombre...

 En 1379, Wyclif répudie la doctrine de la transsubstantiation. Cette prise de position audacieuse suscite une telle réprobation que Jean de Gand lui retire son soutien. Wyclif envoit à partir de 1380 ses disciples, appelés les pauvres prêcheurs, dans les campagnes pour qu'ils fassent connaître ses thèses religieuses égalitaristes. Les prêcheurs trouvent une large audience et on accuse Wyclif de semer le désordre social. Cependant, il ne s'engage pas directement dans la révolte avortée des paysans en 1381, mais il est probable que ses doctrines influencèrent les paysans. En mai 1382, Courtenay, devenu archevêque de Canterbury, rassemble un tribunal ecclésiastique qui condamne Wyclif comme hérétique et prononce son expulsion d'Oxford. Wyclif se retire alors dans sa paroisse de Lutterworth.

Le duc de Lancastre, la population londonienne et pendant un certain temps les ordres mendiants soutiennent ses idées qui sont propagées en Angleterre par des prédicateurs itinérants appelés 'pauvres prêtres' ou 'lollards'. Cependant ses attaques contre la papauté lui valent la condamnation de Rome et en 1384 il meurt dans l'isolement.

Après la mort de Wyclif, son enseignement se répandit rapidement. Sa Bible, qui parut en 1388, fut largement distribuée par ses disciples, les lollards. Enfin, les œuvres de Wyclif influencèrent fortement le réformateur tchèque Jan Hus et la révolte qu'il mena contre l'Église. Martin Luther reconnut également sa dette à l'égard de Wyclif. En mai 1415, le concile de Constance condamna les hérésies de Wyclif et ordonna que son corps soit exhumé et brûlé. Ce décret fut exécuté en 1428.

La pensée de Wyclif représentait une rupture complète avec l'Église, dans la mesure où il affirmait qu'il existe une relation directe entre l'humanité et Dieu, sans l'intermédiaire des prêtres. En se conformant aux Écritures, Wyclif pensait que les chrétiens étaient en mesure de prendre en main leurs vies sans l'aide du pape et des prélats. Wyclif dénonça de nombreuses croyances et pratiques de l'Église, les jugeant contraires aux Écritures. Condamnant l'esclavage et la guerre, il soutenait que le clergé chrétien devait suivre l'idéal de la pauvreté évangélique, à l'instar du Christ et de ses disciples.

 

 

Phil
Plus d'info
Les derniers articles par Phil (tout voir)
Partager...